Faire un bébé, non, ce n’est pas toujours simple…

Hello tout le monde, me revoici, enfin! Si j’ai été peu présente ces derniers temps, c’est que j’ai eu un gros coup de mou, mais tout ceci, pour la bonne cause!

En effet, dans mon ventre, un nouveau bonheur 🙂

J’ai pris le temps de prendre soin de moi, de prendre soin de lui…

En effet, cet article ne va pas vous montrer une nouvelle cousette, ni un nouveau tricot, j’ai d’ailleurs hésité à l’écrire, puis me suis dit que cela serait finalement assez salvateur… Non, je vais vous parler ici du fait que parfois, la grossesse, n’est pas un long fleuve tranquille, que la décision d’avoir un nouvel enfant peut aussi porter son lot de conséquences, mais aussi, son lot d’espoir!

Alors voilà, vous savez déjà que j’ai l’immense bonheur d’être la maman d’un petit Gabriel, mon petit ange… Vous ne savez peut-être pas qu’avant lui, j’ai mis un autre petit ange au monde, parti le jour même ou j’aurais pu le rencontrer.

J’ai remarqué, en parlant autour de moi, qu’il y avait au final, beaucoup de femmes vivant des grossesses difficiles, pour des raisons diverses et variées, telles que l’ouverture du col, la déchirure de la poche des eaux, les malformations… Pour ma part, j’ai « juste » une facheuse tendance à faire systématiquement des pré-éclampsies lors de mes grossesses, risque connu puisque je fais de l’hypertension.

La 1ère est survenue à 6 mois de grossesse, entrainant une souffrance extrême du bébé et un risque pour moi, nécessitant une IMG… Dans mon malheur j’ai eu la chance d’être très bien accompagnée par l’équipe médicale, les médecins, les sages-femmes et le soutien psychologique bien entendu… D’ailleurs sans celui-ci je ne sais pas comment j’aurai été capable un jour d’en parler aussi facilement. Et puis sans oublier le soutien sans faille de mon amoureux, cette épreuve nous a soudé encore plus et j’ai bien conscience là aussi d’avoir été très chanceuse d’avoir auprès de moi un homme capable de comprendre ma souffrance et de la porter avec moi (en plus de la sienne…), j’ai été très étonnée de me rendre compte que dans beaucoup de cas, la perte d’un enfant pouvait séparer un couple…

La 2ème grossesse est arrivée assez rapidement après la 1ère (8mois), à l’époque je m’accrochais à ce nouvel espoir comme à la vie, c’est très paradoxal puisque j’ai passé les 6 1ers mois de cette nouvelle grossesse à essayer de ne pas « m’attacher » au bébé, j’ai donc refusé de chercher des prénoms, d’acheter quoi que ce soit, de regarder les échographies,  la peur de le perdre lui aussi étant obniprésente… Puis l’electro-choc, donné par la psy, me disant que ça suffisait comme ça, qu’il était temps de réagir, que ce nouveau bébé avait besoin de sa maman, de se sentir aimé, bref qu’il était temps de l’attendre… Et c’est ce que j’ai fait, timidement… Et puis à 7 mois, paf, rebelote… Pré-éclempsie de nouveau, mais cette fois, le bébé est viable, prématuré certes, mais vivant… Le problème c’est la maman, qui enchaîne avec un HELLP syndrome… Je vous épargne les détails, mais j’ai eu peur de mourir pour la 1ère fois de ma vie. Mais tout va très bien depuis, pour mon petit père qui s’en sort comme un chef et pour moi aussi 🙂

Une nouvelle grossesse n’a donc pas été facile à décider… Puis l’envie de donner un compagnon de jeu à Gabriel, d’ajouter un nouveau trésor à nos vies… Bref, décision était prise, et puis, quelques mois plus tard, la nouvelle, l’angoisse, le joie, l’attente…

Je suis contente de voir que j’apréhende cette nouvelle grossesse tout à fait différemment des précédentes, de manière beaucoup plus positive, beaucoup plus « normale »… Bien évidemment la situation en elle-même n’est pas normale, puisque je suis arrétée depuis début janvier, que j’ai des prises de sang à faire toutes les semaines, des échographies toutes les 4 semaines et des injections à me faire tous les jours… Mais au final, tout cela, c’est pour une bonne cause 🙂

Bref, tout cela pour dire que j’ai choisi de voir le côté positif plutôt que les risques de nouveaux engagés, j’ai bien conscience que dans mon entourage, quelques personnes pensent que je n’aurais pas du remettre ça, qu’avoir un enfant c’est déjà bien, et je comprends leurs inquiétudes  mais la décision est prise, le bébé est déjà en route et maintenant la seule chose à faire c’est d’attendre et d’espérer 🙂

La seule chose qui me travaille réellement c’est, le fait de me dire que c’est le moment ou jamais d’expliquer à Gabriel que si il va être un grand frère, lui aussi en a eu un… Comment aborder le sujet, alors que rien que de penser à cette conversation je me mets à pleurer?… si vous avez des idées, ou si vous avez déjà été confronté à ce cas, n’hésitez pas à partager…

Rendez-vous sur Hellocoton !
This entry was posted in Divers.

26 comments

  1. 3 étoiles says:

    Félicitations pour cette grossesse si difficile à décider. Pour ton fils, mieux vaut te faire aider par un pédopsychologue pour déterminer la meilleure façon de faire. Je ne sais pas quel âge il a, mais à priori l’idéal est d’en parler en fait tous les jours depuis le plus jeune âge, de parler de lui un peu comme si de rien n’était, raconter que son petit frère était trop faible par exemple sans rentrer dans les détails, mais ne pas attendre qu’il ait 10 ans pour en parler, en fait de ne pas vraiment faire une annonce, et de le faire vous même, pas par un tiers.

    • Emilie says:

      Merci 🙂 Depuis j’ai appelé la psychologue qui m’avait suivi après la perte de Raphaël, elle m’a dit de patienter jusqu’à la naissance du bébé et d’ensuite commencer à parler de notre histoire à Gabriel, lui expliquant que c’est en fait le 3ème bébé de maman, qu’avant lui, il y a eu un autre bébé qui est parti… Elle m’a dit qu’elle m’accompagnerai dans cette démarche, qu’il fallait juste ne pas le faire maintenant afin que tout ne s’embrouille pas dans la tête de Gabriel…sauf si c’était très important pour moi… Mais je vais faire comme elle me le dit, je vais patienter et on parlera de tout cela cet été quand nous seront tous ensemble 🙂

  2. Titsev says:

    Pour les livres, je viens de chercher un peu: sur ce site tu as pleins de livres qui traitent du deuil à expliquer à un enfant: http://www.sparadrap.org/Parents/A-lire-A-voir/Conseils-de-lecture/Livres-sur-la-mort-d-un-enfant/Livres-jeunesse-sur-la-mort-et-le-deuil-a-lire-avec-vos-enfants
    Ceux ci plus précisément correspondent à ton « cas »:
    – La petite soeur de Virgile
    Edwige PLANCHIN, illustrations Anne-Soline SINTES, éditions Pour Penser à l’endroit, 2011
    – Le grand frère de mes rêves
    Anne URIOT, Association l’Enfant Sans Nom, 2010

    Et pour les lire (parce que moi perso rien que de lire le descriptif j’ai la gorge serrée..), demande à un extérieur: le parrain ou la marraine de Gabriel (par ex) de le lui lire et d’en discuter avec lui, quitte à toi remettre une couche après.
    Courage et couve bien ce nouveau bébé!

  3. Aurélie says:

    Waouh, moi je prends ça pour une excellente nouvelle!!! La nature fera ce qu’il faudra, mais l’état d’esprit des parents y fait beaucoup… Mon blog est en friche depuis près d’un an, j’ai connu aussi le bonheur d’avoir mon deuxième trésor il y a un mois et demi, après des mois d’essai. Mes enfants sont maintenant ma thérapie, au détriment du tricot (je tricote toujours bien sur mais beaucoup moins…). Je te souhaite le meilleur, et bon courage a toi et a tes proches pour les mois qui arrivent 😉

  4. Floryne says:

    Félicitation madame! Vu ton silence ces derniers temps je me doutais bien que tu étais en train de couver un tout piti. Tu ne peux pas empêcher qu’on s’inquiète pour toi. Tu avoueras quand même que ton dernier accouchement à été gratiné en émotions. Les gens donnent leur avis mais au final tu es la seule à prendre la décision. je te souhaite malgré les désagréments que tu vives une super grossesse, celle dont tu rêves avec à la fin le kit de contractions de travail.
    Pour Gabriel, tu peux te servir d’un support comme les livres pour enfants. Voir un professionnel pour avoir des pistes. Tu as peur de te mettre à pleurer, et alors? Ce que tu as vécu n’étais pas joyeux. De plus je pense qu’il ressent ta tristesse. Tu pourras mettre des mots dessus et surtout lui dire que ce n’est pas de sa faute.
    Je te souhaite du courage, parce que tu en auras besoin.
    A bientôt.

    • Emilie says:

      Merci 🙂

      Je me suis rapproché d’une association, malheureusement le livre que j’avais trouvé est épuisé :/ Je vais à l’hôpital la semaine prochaine, j’en profiterai pour faire un tour dans le bureau de la psy qui m’avait suivi pour savoir si elle peut nous recevoir moi et GAbriel ou si elle a des supports à me conseiller 🙂

  5. mélanie says:

    Bonsoir Je suis très émue de te lire. Ton témoignage est touchant et rempli de sensibilité. Il y a un lieu idéal pour toi et ton fils c’est le centre vivaldi dans le 12 ème. Il y a des psychologues qui pourront vous recevoir et te guider dans ton parcours.
    Très gros bisous et surtout prend bien soin de toi

    • Emilie says:

      Merci 🙂 J’avais pas pensé au psychologue! Mais ton message m’a donné l’idée d’aller voir la psy qui me suivait, je vais tenter d’y passer la semaine prochaine pour voir si elle peut nous recevoir moi et Gabriel 🙂

    • Emilie says:

      Merci 🙂 On pense positif ici, ce qui diffère totalement de  ma précédente grossesse ou j’étais angoissée comme une folle, du coup je suis sure que le bébé ne sera pas aussi préssé de sortir! 😉

  6. cinderella1982 says:

    Encore félicitations ma Belle!!! Et même si personne ne vous comprend, franchement, n’en tiens pas compte, pensez à vous, à Gabriel et au futur bébé!!!
    Ca n’a pas du être facile pour vous 2 la 1ère fois, tu as eu de la chance d’avoir ton Amoureux et sûrement des gens qui t’ont soutenu, et c’est ça le plus important!! Tu as des copines qui sont là pour te soutenir et c’est le principal!!

    Je te souhaite de tout coeur d’arriver au 8e mois sans problème.

    Gros bisous! (et sache que si tu as besoin tu as des copines partout, en vrai et sur les réseaux pour te soutenir)

  7. celine says:

    Tu m’as mis les larmes aux yeux même si je connaissais déjà ton histoire par cœur!Tu es d’un courage exceptionnel, et c’est ça qu’il faut montrer à Gabriel, que comme sa maman, il faut surmonter les épreuves de la vie.
    Je sais qu’il existe des livres sur la mort pour l’expliquer aux petits, les mots à dire et à ne pas dire…
    Je te soutiens à 100% et je suis toujours là si t’as besoin, même à 500km.
    Je t’adore et te fais de gros bisous à toi et tes loulous!

  8. Pascale says:

    Je n’ai pas perdu de bébé ni eu à décider de faire un IVG, comme malheureusement beaucoup de femmes.Simplement, quand j’ai eu mon 2e, le gynécologue accoucheur m’a dit que Bastien était dans une poche et qu’il y avait une poche de vide. J’aurai donc du avoir de vrais jumeaux, l’un des embryon (même l’un des oeuf à ce stade) ne s’est pas développé après la division. Et bien j’aurai préféré qu’il ne me dise rien ! J’en ai parlé à Bastien lorsqu’il avait une dizaine d’années, là encore j’aurai mieux fait de ne rien dire car il l’a compris comme un frère qui serait mort. C’est juste mon avis,mon expérience personnelle, la décision vous appartient à ton compagnon et à toi. En tout cas je te souhaites bonne chance et plein de bonheur pour ta famille agrandie.

    • Emilie says:

      Merci 🙂 Pour le fait d’en parler, tu vois c’était une IMG (interruption médicale de grossesse), on a donc déclenché l’accouchement et j’ai accouché d’un bébé à qui on avait arrété le coeur juste avant… Il apparait donc dans mon livret de famille sous le prénom de Raphaël… Et c’est ça qui est délicat, si je n’en parle pas à Gabriel, il va le découvrir de toute façon… Je ne sais donc pas comment et quand amener le sujet… C’est sur que parfois ne pas savoir au final c’est pas plus mal et je comprends tout à fait ce que tu dis, je pense que j’aurai été comme toi, mais des fois, on est obligé de faire face et c’est ça qui est difficile… Qu’est ce qui t’avais amené à en parler au final à ton fils? (sans indiscrétion)

  9. madebyi says:

    Déjà félicitations, pour ce petit bébé en devenir, et pour avoir eu le courage pour écrire cet article.
    Il y aura toujours des gens pour penser qu’il n’aurait pas fallu, que c’était une décision égoïste … N’en tient pas compte et reste centrée sur ta famille (moi j’les ai laissé parlé, c’était soit tu te réjouis sais pour moi, soit j’allais voir ailleurs ^^).
    Je ne peux pas t’aider pour comment expliquer à ton fils … Je te dirais d’attendre toi d’être prête … Mais d’autres auront peut être de meilleurs conseils.

  10. Titsev says:

    Comme je te comprend!
    J’ai aussi connu la peine de perdre 2 bébés, cette douleur…
    Pour Gabriel, je suis tentée de te dire qu’il doit déjà le sentir et il suffit de lui en parler sans trop insister (n’hésite pas a demander de l’aide a une personne extérieure, un livre pour enfant). Les enfants sont de vrais éponges et savent plus de choses que ce que l’on voudrait!
    Couve bien ce nouveau bébé , des bises

    • Emilie says:

      Merci 🙂 Je crois bien qu’on oubli jamais… Il faut apprendre à vivre avec nos anges…Je regarde Gabriel et me demande si Raphaël lui aurait ressemblé…

      Je vais essayer de me renseigner sur des livres en effet, je pense que ça sera plus simple, au détour d’une histoire… J’espère juste ne pas fondre en larmes devant Gabriel… 🙂

Laisser un commentaire